La fin du “mystère” Martella….?

Dans les Alpes-Maritimes, nous avons tous entendu parler de Florentin Martella “élève de Cavaillé-Coll”

Il construisit notamment le grand-orgue de la cathédrale Sainte-Réparate de Nice (1901) ainsi que l’orgue de choeur, initialement destiné à la chapelle du Séminaire (actuel IUFM). On lui doit aussi l’orgue de la chapelle des Pénitents Noirs, cours Saleya.

Après investigations auprès de spécialistes de Cavaillé-Coll, tels que Loïc Métrope, il a été impossible de retrouver la trace de cet artisan au sein de la célèbre Manufacture de l’Avenue du Maine.

La construction de l’orgue de l’ancien Séminaire, offert par le comte Chandon de Briailles, aurait pu laisser supposer un lien. Directeur de la maison de champagne éponyme d’Epernay, le comte était féru d’orgue et ami de Guilmant… Mais rien là-dedans. Eric Brottier a été formel.

Et puis, ces derniers jours, à la lecture d’un très intéressant travail de Michel Evrard (Toulouse) sur le facteur Jungk, on s’aperçoit que la réponse était tout près de chez nous, à la cathédrale d’Antibes, écrite sur une plaque au-dessus de la console  : 

 

Plaque sur le buffet de l'orgue de la Cathédrale d'Antibes. Photo P. Arnoult

 

Florentin Martella a donc bien travaillé chez Cavaillé-Coll, mais c’était Vincent… et non Aristide !

Nous étions à côté de la plaque sans le savoir….!

Merci à Michel Evrard et Pascal Arnoult, organiste de la cathédrale d’Antibes !