Divers

Ce dimanche, à Notre-Dame de Bon Voyage, à 16:30 : L’Heure d’Orgue des Jeunes Talents (Entrée libre)

Ce dimanche 28 avril, à 11 heures, Chapelle de la Miséricorde, l’orgue Pierre-Cochereau pour Concert du Marché par Henri Pourtau

ORGUES DE L’AVEYRON : C’est complet !

ON VOUS RACONTERA !!!!

Ce dimanche “ORGUES DE PÂQUES ” Henri Pourtau

Dimanche 31 mars 2013

Eglise Notre-Dame de Bon Voyage

2 rue Notre-Dame 06400 CANNES

16h 30-17h30

Entrée libre

Ce dimanche, à 16 heures 30, à Notre-Dame de Bon Voyage : Une Heure au piano avec Françoise Chéron

Françoise Chéron ! Au delà d’une pianiste exceptionnelle formée au Conservatoire de Paris, elle fut l’épouse du renommé facteur d’orgue Pierre Chéron. Cet homme passa sa vie dans l’entretien des orgues. C’est lui qui, entre-autres, sauva les orgues historiques de Roquemaure et Saint-Maximin. C’est lui aussi qui assurait l’entretien de l’ancien orgue de Notre-Dame de Bon Voyage de Cannes.

Ce concert de musique romantique est donc une pélerinage où se conjuguent plusieurs histoires humaines…

Au programme : Scarlatti, Chopin etc….

Ce dimanche, à 11 heures 00, à la Miséricorde : Concert du Marché – L’orgue Pierre-Cochereau

40 minutes à la découverte de l’orgue Pierre-Cochereau, l’ancien orgue portatif de celui qui fut l’un des plus grands organistes français.

Ce petit orgue de 12 jeux, construit par Philippe Hartmann en 1962 vient d’être installé dans la chapelle de la Miséricorde (Marché Forville) et peut être écouté chaque dimanche à 11 heures, à l’occasion du Concert du Marché. Entrée libre

APPEL COTISATION 2013

Soutenez notre action !
Adhérez aux Amis de l’Orgue de Cannes

Membres actifs Membres bienfaiteurs
Individuel 30 € A partir de 150 €
Famille 50 €
Étudiant 10 €
Ministres de Cultes 10 €

Pour nous soutenir merci  de choisir votre adhésion ci dessous et cliquez sur”Adhésion Immédiate”

                 ADHESION

 

IMPORTANT !!!

Après avoir choisi votre adhésion vous serez rediriger vers notre site pour remplir un formulaire de contact.
Nous pourrons ainsi vous remettre votre carte  d’adhésion.

 

Si vous désirez régler votre cotisation par chèque

télécharger  le fichier ci dessous et envoyer votre adhésion à:

Amis de l’Orgue de Cannes
3 Rue Notre Dame
06400 CANNES

APPEL COTISATIONS 2013

CD Olivier Latry à Notre-Dame de Bon Voyage ! Il est arrivé

Vous pouvez l’acquérir au prix de 15 € (Amis de l’Orgue de Cannes : 12 €) à l’issue des concerts
“Trois Danses: Stravinsky, Alain, Heiller”

transcription pour deux pianos de l’Auteur avec Shin-Young Lee

 

Le CD est au prix de : 15€+frais de port 3€30 (envoi suivi)

 

IMPORTANT !!!

Après avoir acheté le CD vous serez redirigé vers notre site pour remplir un formulaire de contact.
Nous pourrons ainsi vous faire parvenir votre achat.

Si vous désirez acheter le CD par Chèque :

  • Merci de libeller ce dernier aux Amis de l’Orgue de Canneset de nous le retourner à l’adresse suivante :
    Amis de l’Orgue de Cannes
    3 rue Notre-Dame, 06400 Cannes

La fin du “mystère” Martella….?

Dans les Alpes-Maritimes, nous avons tous entendu parler de Florentin Martella “élève de Cavaillé-Coll”

Il construisit notamment le grand-orgue de la cathédrale Sainte-Réparate de Nice (1901) ainsi que l’orgue de choeur, initialement destiné à la chapelle du Séminaire (actuel IUFM). On lui doit aussi l’orgue de la chapelle des Pénitents Noirs, cours Saleya.

Après investigations auprès de spécialistes de Cavaillé-Coll, tels que Loïc Métrope, il a été impossible de retrouver la trace de cet artisan au sein de la célèbre Manufacture de l’Avenue du Maine.

La construction de l’orgue de l’ancien Séminaire, offert par le comte Chandon de Briailles, aurait pu laisser supposer un lien. Directeur de la maison de champagne éponyme d’Epernay, le comte était féru d’orgue et ami de Guilmant… Mais rien là-dedans. Eric Brottier a été formel.

Et puis, ces derniers jours, à la lecture d’un très intéressant travail de Michel Evrard (Toulouse) sur le facteur Jungk, on s’aperçoit que la réponse était tout près de chez nous, à la cathédrale d’Antibes, écrite sur une plaque au-dessus de la console  : 

 

Plaque sur le buffet de l'orgue de la Cathédrale d'Antibes. Photo P. Arnoult

 

Florentin Martella a donc bien travaillé chez Cavaillé-Coll, mais c’était Vincent… et non Aristide !

Nous étions à côté de la plaque sans le savoir….!

Merci à Michel Evrard et Pascal Arnoult, organiste de la cathédrale d’Antibes !

Musicien des Cultes, un métier ? par Henri Pourtau

 

 

Même en ces temps d’effondrement des institutions, ils seront nombreux, ce dimanche encore à gravir l’escalier de orgue pour mettre leurs pas dans les traces de leurs ancêtres et y accomplir la même mission séculaire…. 

Ad Majorem Dei Gloria …! 

Car, c’est bien d’un apostolat qu’il s’agit !

Quelle flamme secrète habite donc tous ces serviteurs invisibles ?

Religion et Art ont, de tous temps, été pour les hommes des moyens d’accès vers l’Indicible.

L’organiste évolue simultanément en ces deux univers qui, pour lui, n’en font qu’un.

Musicien des cultes. Concertiste. Pédagogue, souvent. Avant que d’être un instrumentiste, l’organiste est d’abord un musicien. Il a de ce fait reçu, à un degré variable, un talent qu’il lui appartient de développer sa vie durant, comme il le peut, et en fonction de multiples paramètres.

Au concert, où la musique est vécue comme une fin en soi, il est un interprète. Au cours de la célébration, où la musique devient moyen, il devient, lui, un artisan.

Partenaire liturgique essentiel, il est réellement un imagier de la Parole. Maniant le plus immatériel et le plus fugace de tous les arts, il intervient pour aller au-delà des mots.

Par l’accompagnement, il ré-introduit l’Assemblée dans la dimension primordiale du Rythme et de l’Harmonie.

Par l’exécution, il met à la portée des fidèles les œuvres que l’homme a coutume de qualifier « immortelles » en les replaçant dans le contexte pour lequel elles ont été pensées.

Par le truchement de l’improvisation enfin, il prolonge l’enseignement de la chaire en soulignant tel ou tel aspect, il crée une atmosphère ou, tout simplement, il “fait entendre” le silence car il doit savoir s’effacer devant un silence « habité ».

De ce fait, l’organiste ne joue pas de son instrument à l’Office, mais c’est bien l’Office qu’il joue. Et cela dans l’écoute la plus scrupuleuse, la plus attentive. Et la plus respectueuse.

Il est une parcelle vivante de tous les artistes qui, au long des âges, ont œuvré au service de l’Eglise, les plus humbles comme les plus prestigieux.

Il est le Veilleur qui agit pour la dignité et l’élévation de la Communauté.

Les arcanes de son métier sont si subtils qu’il est souvent le seul à avoir un avis autorisé sur des questions qui ne peuvent que demeurer hermétiques à qui ne passe point la majeure partie de son temps à les creuser.

Son savoir-faire, sans cesse par lui-même reconsidéré à la seule lumière de ses doutes, sera d’autant plus riche et efficace, qu’un certain sens œcuménique lui permettra d’emprunter aux diverses confessions chrétiennes ce qu’elles ont donné de mieux en matière de musique.

De l’Eglise catholique il cultivera le sens de l’improvisation et la richesse de la modalité grégorienne. Des Eglises nées de la Réforme, il gardera la rigueur contrapuntique ainsi que la conception de l’orgue, moteur du chant de l’Assemblée. Enfin, de l’Eglise anglicane, il retiendra le sens de la noblesse et de la grandeur.

Rôle délicat mais exaltant, qui apporte à l’âme de celui qui l’exerce, de bien grandes joies.

Organiste ?

Une vie de discipline quotidienne. Une vie d’offices dominicaux, de casuels et de fêtes carillonnées.

Une vie à chanter la joie comme la peine…

Une vie à balbutier ce que l’on croit être les premiers mots de l’Indicible

Une vie à l’ombre des voûtes, à toute heure du jour ou de la nuit,  jusqu’à en connaître chaque gémissement, chaque silence…

Henri Pourtau

...le plus beau métier du monde MALGRÉ ÇA !